Immobilier

Technologie immobilière et relance

Technologie immobilière et relance

Technologie immobilière et relance

Saqib Jawed | Author,

La COVID-19 a entraîné une réflexion sérieuse à l'échelle mondiale sur la façon dont la technologie immobilière peut apporter des améliorations opérationnelles, mais aussi des solutions à nos nouvelles préoccupations collectives en matière de santé. Alors que les principaux décideurs réalisent que les règles ont changé, de nombreux obstacles internes qui jusqu'à présent entravaient l'innovation ont été éliminés. En d'autres mots, il est devenu évident que des investissements intelligents dans la technologie immobilière peuvent changer la donne dans la phase de relance et dans notre nouvelle réalité post-pandémie.

En février dernier, nous avons publié L'essor des technologies immobilières au Canada : Situation des sociétés immobilières canadiennes à l'ère numérique. Ce volet canadien de l'Enquête 2019 de KPMG International sur la technologie immobilière a révélé que les sociétés immobilières du monde entier, dont celles du Canada, se montrent prudentes à l'égard de l'adoption des technologies puisqu'elles viennent tout juste d'entrer dans l'ère numérique.

Les réponses ont été recueillies avant le début de la pandémie de COVID-19. À l'époque, personne n'avait à l'esprit bon nombre de nos préoccupations collectives actuelles. Quels étaient les principaux objectifs des entreprises qui comptaient effectivement investir dans la technologie immobilière? Accroître l'efficacité, faciliter la prise de décisions, améliorer la performance des actifs, rehausser l'engagement des clients, maximiser les revenus et réduire les coûts.

Bien que ces questions demeurent importantes, une préoccupation majeure, qui ne figurait même pas sur la liste à l'époque, est désormais omniprésente : la santé et la sécurité. À mesure que les organisations de tout le pays amorcent le délicat processus de retour sur leur lieu de travail, de nombreuses questions demeurent sur la meilleure façon de prévenir une résurgence des infections à COVID-19. Combien d'employés pourront continuer à travailler à la maison et pendant combien de temps? Pour ceux qui doivent retourner dans leurs bureaux le plus tôt possible, comment allons-nous maintenir la distance physique? Comment surveillerons-nous le nombre de personnes sur place, tout en respectant leur vie privée? Et ainsi de suite.

Au cours des six à douze prochains mois, l'accent sera mis sur l'utilisation de la technologie pour que les locataires se sentent à l'aise de retourner dans leur bureau et dans d'autres lieux d'affaires. Les exploitants d'immeubles devront créer des environnements sûrs dans lesquels les gens voudront entrer. Les locataires et les visiteurs s'attendront à des niveaux supérieurs de propreté et de qualité générale dans tous les espaces, et à ce que les propriétaires et les exploitants soient transparents quant aux mesures de sécurité et aux rapports connexes.

Pour atténuer les risques, il faudra recueillir et analyser rapidement l'information. KPMG est d'ailleurs en train de mettre au point une application visant à assurer la sécurité et le bien-être du personnel. Celle-ci s'avérera utile puisqu'elle créera des expériences connectées pour recueillir en toute sécurité et en toute confidentialité des données importantes sur la sécurité des employés et l'état de préparation du bureau. Grâce à des outils numériques comme celui-ci, les dirigeants pourront facilement trouver et traiter l'information dont ils ont besoin pour gérer leur main-d'œuvre et faire respecter les mesures de contrôle, sans perdre de temps.

Pourtant, les propriétaires et les exploitants subissent la pression financière. Les revenus sont en baisse. Il y a de l'incertitude quant au renouvellement des baux et à la demande future. En même temps, de nombreux locataires cherchent à réduire les frais de service afin d'atténuer leurs propres pressions financières. Le calendrier d'élaboration d'un vaccin viable étant encore inconnu, la question de savoir combien d'intervenants seront prêts à dépenser pour l'infrastructure nécessaire demeure sans réponse.

Les domaines clés suivants exigent une attention immédiate : Accès au bâtiment, distance physique et hygiène. La technologie immobilière peut servir aux trois.

1. Gestion de la sécurité des accès

  • Technologies d'entrée sans contact
  • Contrôle des employés, des visiteurs et des fournisseurs, ainsi que contrôle de la température (sous réserve des règlements locaux)
  • Politiques et protocoles de gestion des incidents pour les cas confirmés

2. Maintien de la distance physique

  • Surveillance du nombre de personnes autorisées dans les aires communes et les ascenseurs
  • Limitation de l'accès à certains étages
  • Système en ligne pour réserver des espaces de travail désignés
  • Réduction du flux de personnes en désignant des périodes spécifiques pour les arrivées et les départs

3. Maintien de l'hygiène

  • Surveillance de la fréquence de la désinfection des zones très achalandées (p. ex., les coins café et les toilettes)
  • Surveillance de la qualité de l'air
  • Technologies d'entrée sans contact (encore une fois)

En fin de compte, en investissant dans la technologie, les propriétaires feront un pas vers l'amélioration de la santé et de la sécurité, l'optimisation de l'engagement des clients, la rationalisation des opérations et la prise de décision fondée sur les données dans la nouvelle réalité.

Parce qu'une chose est sûre : la COVID-19 aura un impact durable sur tous les secteurs de l'immobilier pour les années à venir. Les technologies qui peuvent aider à prévenir et à détecter la COVID-19 en analysant les données en temps réel joueront un rôle très important dans le retour au travail.