Vérification des cases

Il nous tarde de planifier la reprise

  • Jennifer Shulman, Author |

Le premier ministre a été clair : la distanciation physique est la nouvelle normalité jusqu'à ce qu'un vaccin soit mis au point, ce qui pourrait prendre plus d'un an. Il a aussi dit qu'il faudra probablement « quelques mois » avant que le Canada ne puisse permettre aux gens de regagner normalement leur lieu de travail et de retrouver leur routine. Qui plus est, pour éviter d'autres éclosions, nous devrons adopter une approche « mesurée » et « progressive ».

Pour relancer l'économie de façon sécuritaire et efficace, nous devrons déterminer quelles industries, communautés et personnes devront retourner au travail en premier. Nous devrons également procéder à des tests continus et à un retraçage rapide des contacts, car nous ne pouvons pas risquer qu'une autre éclosion nous paralyse à nouveau.

La société aura besoin que certains secteurs se remettent en marche le plus rapidement possible. Et d'autres secteurs de l'économie, même s'ils ne sont pas essentiels, pourront probablement reprendre leurs activités en toute sécurité avant d'autres. Tout cela variera d'une province à l'autre, ce qui exigera une coordination intergouvernementale sans précédent.

Une longue période de distanciation physique est également susceptible d'avoir un impact durable sur la façon dont nous magasinons, consommons du divertissement et percevons le reste du monde. Il est fort probable que ces changements redéfiniront les soins de santé, l'éducation et les chaînes d'approvisionnement au Canada et partout sur le globe.

Nous serons nombreux à voir nos façons de travailler et d'interagir changer à tout jamais. Nous aurons essayé de nouvelles technologies et constaté que la plupart sont tout aussi bonnes, voire meilleures que celles que nous utilisions avant. Pour beaucoup, le télétravail deviendra la nouvelle norme.

La distanciation physique, notamment, met au jour des domaines clés qui nécessitent des investissements. Les gouvernements fédéral et provinciaux doivent être prêts à mettre en œuvre des mesures de relance ciblées et stratégiques pour tous les secteurs de l'économie, non seulement pour remettre le pays en marche, mais aussi pour faire en sorte que nous soyons mieux positionnés pour l'avenir.

Entre autres, il faudra investir dans les technologies numériques afin d'améliorer la rapidité et la réactivité de nos activités commerciales, ainsi que notre capacité à soutenir la nouvelle main-d'œuvre virtuelle, le système d'éducation virtuel et les services de santé virtuels.

Nous nous en sortirons, mais au bout du compte, la transition du confinement à la reprise jusqu'à la fin de l'inévitable récession nécessitera le maintien des efforts de gestion collectifs et la participation de tous les ordres de gouvernement, de la banque centrale, du milieu des affaires et de tous les Canadiens.

Et nous devons nous y mettre dès aujourd'hui.