Empreinte digitale

Cybervigilance, aptitude essentielle

  • John Heaton, Author |

Les cybercrimes sont de plus en plus répandus partout dans le monde.

Tandis que nous vaquons à nos occupations en ligne, que ce soit au travail, à la maison ou dans nos loisirs, un fraudeur tente de pirater notre ordinateur, de voler notre identité et de nous escroquer de l'argent.

Jusqu'à 60 % des chefs de la direction ayant répondu au récent sondage 2019 de KPMG au Canada estiment que ce n'est qu'une question de temps, et non de probabilité, avant que leur entreprise soit victime d'une cyberattaque – il s'agit d'un bond de 10 % par rapport à l'an dernier.

Bien que le Canada soit chanceux de ne pas souvent avoir été le théâtre de ce que j'appelle des cyberincidents extrêmes, l'Amérique du Nord connaît dernièrement une explosion de fraudes par virement bancaire.

Aussi appelé « fraude du président », ce type d'escroquerie a causé des pertes de 26 milliards de dollars américains depuis juillet 2016, ce qui en fait l'un des plus coûteux crimes contre les sociétés, selon le FBI. Souvent, les arnaqueurs utilisent une adresse courriel piratée ou fausse et se font passer pour un directeur général, un cadre dirigeant, un vendeur, un courtier immobilier ou un avocat qui demande au destinataire – habituellement un professionnel dans le domaine des finances ou des ressources humaines – d'effectuer un virement ou d'acheter une carte-cadeau en leur nom, de rediriger les produits de la vente d'une maison ou d'un autre bien, ou encore de leur envoyer des renseignements personnels (comme une copie des informations fiscales d'un employé).

Même si elles n'exigent que des compétences informatiques de base, ces attaques peuvent avoir des effets dévastateurs. N'importe qui peut en être la cible – et il ne s'agit là que d'un seul type de cybercrime.

En cette nouvelle ère de l'Internet des objets, la cybervigilance est désormais une compétence essentielle, pas seulement pour les organisations, mais pour tous.

Chez KPMG, nous avons lancé il y a trois ans un programme de visites d'écoles dans plus de 50 pays où nous sommes actifs afin d'aider les enfants, leurs parents et leurs professeurs à mieux comprendre les cyberrisques et de leur donner des conseils et des outils pour assurer leur cybersécurité.

Nous disons à nos enfants de regarder des deux côtés avant de traverser la rue, et nous les avertissons de ne pas parler aux étrangers ou d'accepter de cadeaux de leur part. Or, de nos jours, enfants et adultes trimbalent le risque entre leurs mains sous la forme d'un téléphone intelligent.

Voici quelques conseils à l'intention des parents pour garder leurs enfants en sécurité et pour préparer ces derniers à devenir les adultes cybervigilants de demain :

  • Parlez le plus tôt et le plus souvent possible de cybersécurité aux jeunes enfants et aux adolescents.
  • Utilisez le contrôle parental : définissez des limites de temps et de contenu sur les appareils de vos enfants, ajustez les réglages de confidentialité et surveillez le temps passé devant l'écran.
  • Établissez des règles de base et des conséquences en cas de non-respect de ces règles.
    Suivez votre enfant en ligne pour vérifier ses activités sur les médias sociaux, mais ne le harcelez pas.
  • Parlez à votre famille de la propagande haineuse en ligne et de la façon de faire la distinction entre les vraies et les fausses nouvelles.
  • Soyez un bon citoyen du monde numérique ou un modèle à suivre : sachez quand et où débrancher, et montrez à vos enfants comment faire preuve de jugement et de gentillesse en ligne.