Énergie : un mix diversifié pour assurer l’avenir - KPMG Belgium
Solar power panels

Énergie : un mix diversifié pour assurer l’avenir

Énergie : un mix diversifié pour assurer l’avenir

Énergie : un mix diversifié pour assurer l’avenir

Jorn De Neve | Partner,

Aujourd'hui, la plupart des gens conviennent que les énergies renouvelables jouent un rôle majeur dans la transition mondiale vers une économie à faible émission de carbone ou à zéro carbone. La science appuie cette thèse et le niveau de conscientisation associé au rôle clé endossé par les énergies renouvelables dans le cadre de la transition énergétique n'a jamais été aussi élevé qu'aujourd'hui. Mais d'autres raisons nous poussent à nous interroger sur la situation actuelle dans le secteur des énergies renouvelables. Au fur et à mesure que les actifs de première génération arrivent à maturité et gagnent en efficacité, et que les nouveaux développements technologiques offrent un plus large éventail de possibilités que par le passé, il est incontestable que les énergies renouvelables sont désormais bien établies. Et ce ne sont plus seulement les développeurs et les investisseurs qui mènent les opérations, mais les consommateurs eux-mêmes. Ces derniers cherchent différentes façons de rendre l'énergie qu'ils utilisent totalement renouvelable et envisagent de plus en plus de technologies alternatives et de solutions innovantes pour relever le défi d'une économie pauvre en carbone.

C'est une excellente nouvelle pour l'environnement et pour notre sécurité énergétique future, mais pourquoi tous ces changements se produisent-ils ?

Premièrement, parce qu'il s'agit purement et simplement de bon sens commercial. L’éolien et le solaire sont devenus plus aptes à produire des quantités d'énergie plus importantes après plusieurs générations de développement. Ces technologies ont gagné en efficacité et en rentabilité, ce qui a entraîné une baisse des coûts de production et un intérêt accru des consommateurs à leur égard.

Ensuite, les investisseurs, les clients et les employés exercent une pression croissante, car ils souhaitent voir les entreprises avec lesquelles ils s'engagent agir de manière socialement responsable. Ne négligeons pas non plus la reconnaissance du changement climatique comme facteur de risque pour de nombreux secteurs et industries. Elle gagne en importance pour les investisseurs, qui tiennent à ce que leurs investissements soient protégés par des dirigeants qui prennent au sérieux les facteurs de risque environnementaux et agissent activement pour les atténuer.

Dans l'ensemble, l'avenir s'annonce prometteur pour les énergies renouvelables en ce qui concerne leur développement et leur mise en œuvre continus ainsi que leur retour sur investissement. Mais bien que les investisseurs soient optimistes, ils restent vigilants. Il reste encore des obstacles à surmonter et des risques à prendre en compte. Il n'est en effet guère surprenant que l'investissement dans les énergies renouvelables soit plus attrayant dans les pays où l'environnement réglementaire est encouragé et stable, y compris les mécanismes de subvention, les incitations fiscales et les possibilités d'investissement direct dans des projets de grande envergure. Une politique bien conçue rassure les investisseurs qui souhaitent participer au développement du secteur. Toutefois, les opportunités de dégager des marges confortables ne sont pas uniformément réparties dans le monde entier. En Europe et en Occident, la concurrence croissante augmente la valorisation des actifs renouvelables, tandis qu'en Asie, tant dans les pays en développement que dans les pays développés, la concurrence ne fait que commencer.

Dans le contexte belge, une vision à long terme d'un bouquet énergétique durable est de toute urgence nécessaire pour maintenir la confiance des investisseurs, assurer la stabilité et la continuité de l'approvisionnement, tout en contribuant à la transition actuelle de la Belgique vers une économie à faible émission de carbone ou à zéro carbone. Tous les acteurs du marché de l'énergie sont actuellement confrontés aux mêmes questions :

  1. Comment pouvons-nous atteindre nos objectifs climatiques ? 
  2. Comment pouvons-nous maintenir l'énergie à des prix abordables ? 
  3. Comment pouvons-nous garantir un approvisionnement énergétique fiable et sûr ?

 

Les entreprises du secteur ne sont pas les seules à devoir répondre à ce défi. Tous sont poussés à se renouveler : les régulateurs, les gouvernements, les investisseurs et les sociétés du secteur énergétique elles-mêmes. Le retard initialement accumulé par la Belgique ne lui a pas rendu service. Il faut dire que l'énergie est une compétence gérée par différents niveaux politiques. Cela dit, les gouvernements belges ont amorcé un élan prodigieux avec le pacte énergétique signé fin mars 2018. Ces derniers mois, sous la nouvelle impulsion de l'UE et la couverture accrue des médias internationaux, cet élan a contribué à rassembler les acteurs du secteur énergétique pour identifier une manière positive d'avancer.

Pour tirer le meilleur parti de cette conjoncture, les intervenants doivent maintenant avoir accès aux mêmes informations exactes, par exemple en tirant des leçons des expériences à l’étranger et en offrant et partageant des services de tests en fonction des réglementations actuelles. Ainsi, nous redynamiserons le secteur, encouragerons l'innovation et élaborerons une politique fondée sur des données probantes favorisant un bouquet énergétique durable à long terme en Belgique.

Multilingual post

This post is also available in the following languages